bdswiss erfahrung

La Le Boom De L'escroquerie Au Faux Crédit

Avec l'éclosion des plateformes de financement participatif dans l'hexagone, un vicieux type d'escroquerie s'est développé en ligne à travers les forums 2.0 et sur les mails : de fausses annonces de crédits en ligne accordés rapidement, sans apport requis, zéro garanties et par des personnes se présentant comme des particuliers cherchant à investir leur capital. Il s'agit bien évidemment d'une tromperie, mais la masse de spam sur ces sites donne une idée de la gravité du problème. Conséquence: un nombre important de particuliers sont tombés dans le piège à cause cette arnaque.

Un mode opératoire bien rodé

Attirer l'attention de sa victime avec une proposition de financement séduisante

L'arnaque au crédit prend généralement l'aspect d'une trame avec plus ou moins de cohérence. Pour l'escroc, cette étape est importante parce qu'il sent que la réussite de sa tromperie est en partie conditionnée par la croyance ou non en son histoire. S'il veut attirer la plus grosse quantité de victimes possibles, il rédige et met en ligne une annonce sur des plateformes ayant beaucoup de fréquentation tels que Twitter ou Facebook. Beaucoup de posts populaires ne modèrent pas assez les sections de discussion visibles par tous, ce qui en fait un terrain privilégié des arnaqueurs.

Pour faire simple, l'escroc s'affiche en tant que personne qui dispose d'un magot qu'elle espère faire fructifier par l'octroi de prêts avec un taux très faible. Quelques fois, il prend l'identité d'un retraité rentier désirant sortir de la Banque dans le but de montrer l'image d'une personne philanthropique et aspirant à tirer la société vers le haut. Ce stratagème va permettre une chose : jouer sur la détresse financière des personnes fragiles en tentant de leur faire croire qu'un emprunt est envisageable, même sans conditions de ressources. Il propose de leur octroyer un prêt, même s'ils sont déjà endettés. Une fois le dossier accepté, notre faux prêteur promet de débloquer l'argent très rapidement avec des échéances qui peuvent monter jusqu'à plusieurs années.
Bien qu'il puisse paraître incontestable pour la plupart d'entre nous que des offres de ce type sont improbables, il n'en reste pas moins que des personnes faisant face à des problèmes d'argent peuvent se faire avoir du fait de cette promesse de crédit rapide qui Dénonçer les arnaques au crédit rapide attire.

Faire croire au sérieux de la démarche

Sur le web, n'importe qui est capable d'inventer une identité avec plus ou moins d'imagination. C'est ainsi qu'agissent les arnaqueurs au faux crédit qui créent de toute pièce un faux profil qui saura coller avec leur histoire. D'abord, ils donnent un état-civil qui sonne français à ce faux profil. Pas d'utilisation donc de noms ou prénoms étrangers qui auraient tendance à faire fuir certains. La cible doit avoir l'impression que le prêteur réside sur le même territoire qu'elle. Dans un scénario bien ficelé, notre escroc peut se transformer en une personne âgée ou fraîchement retraitée. Certains vont jusqu'à exiger les justificatifs de salaire à la future victime, d'autres lui demandent de répondre à des questions sur son travail. Pour augmenter un peu plus sa crédibilité, l'escroc n'hésitera pas à créer un grand nombre de profils qu'il utilisera pour publier de fausses recommandations qui serviront à faire l'éloge de l'offre.

Accepter chacune des demandes

Dès que la victime est convaincue du sérieux de son interlocuteur, le faux prêteur peut enfin passer à l'étape supérieure. Il explique qu'il approuve son dossier de de prêt, mais exige le versement de frais divers par mandat avant de boucler définitivement la demande. Ces frais peuvent monter jusqu'à quelques centaines d'euros et servent à compenser le temps passé par le faux prêteur à étudier sa demande. Les frais de dossier sont, d'après lui, strictement nécessaires pour libérer l'argent. En cas de paiement, le faux prêteur lui exigera ensuite de régler une cotisation obligatoire d'assurance de prêt. Évidemment, le demandeur n'obtiendra rien du tout et notre escroc récupérera les mandats avant de disparaître de la circulation.


Comment prévenir de telles arnaques ?

Tout le monde en France n'a pas l'habilitation pour octroyer un prêt et le crédit aux particuliers reste une activité sous surveillance. Si un individu ou une organisation fait la promotion de services financiers en ligne, ce site est dans l'obligation d'afficher ses informations légales ainsi que ses CGV. Pour être admis en tant que d'établissement de prêt, tout organisme se doit d'être en possession d'un agrément de L'Autorité de Contrôle Prudentiel et d'une immatriculation au registre de l'ORIAS. N'importe quel site de prêt entre particuliers doit obligatoirement être en possession de ces autorisations, dans le cas contraire, il s'agit sans doute d'une arnaque.

De plus, il ne faut pas ignorer que les délais d'obtention d'un emprunt ne sont pas si rapides et qu'il faut (à peu près) 15 jours avant de recevoir l'argent sur son compte bancaire. Même si une personne était en possession de fonds à placer ainsi, il étudierait sérieusement et profondément tous les dossiers avant de fixer son choix sur les plus solides.
En tout état de cause, un prêteur ne délivrerait pas un quelconque crédit (personnel, renouvelable ou immobilier) à un demandeur fiché à la Banque de France pour incidents de paiement.